Environ sont davantage concernés par des craintes

Environ deux siècles après Molière, au début des années 1920, Jules Romain fait à son tour une critique de la médecine, et des médecins. A ce moment si, une société plus moderne vient se former, ou la peur de la famine ou de mourir de froid n’est plus à son apogée. Il s’agit alors de créer une nouvelle “phobie” dans la sociétée à travers une pièce de théâtre comique. Cette fois ci c’est la crainte de la maladie…Au début du siècle dernier, la société est moins concernée par l’angoisse de lafamine ou de la mort. Les gens sont davantage concernés par des craintes plusmesurées et facilement identifiées par les médecins. Ces derniers peuvent donc« s’amuser » à panser les angoisses mineures en administrant des traitementsillusoires.Ainsi, dans Knock ou le triomph de la médecine, Knock, funeste camlot, aigre et avisé joue sur la sensibilité et les frayeurs de ses patients afin de les manipuler pour avoir plus de succès et de reconnaissance ainsi que pour gagner plus d’argent. Knock, dès la première entrevue, prend l’ascendant sur le patient et le manipule avec la peur de la maladies. Cette emprise lui confère un rôle de grand « manitou » vénéré par ses clients. Il invente sans cesse des raisons pour augmenter le prix de ses traitements et arrive de cette manière à réussir beaucoup mieux que son confrère prédécesseur qui avait cru l’escroquer lors de l’estimation de la clientèle et qui n’avait eut aucun scrupule à livrer la population aux mains d’un homme tel que Knock. Il utilise des stratégies élaborées pour sensibiliser ses patients au maladies qui les entourent, d’où la célèbre citation “Les gens bien portants sont des malades qui s’ignorent”. Cette affirmation forme un réelle poids dans la conscience des clients. C’est une promesse que la maladie est toujours présente même lorsque l’on pense bien se porter. Elle affligne une anxiété est une paranoïa chez eux qui finalement peut être si intense qu’elle installe un mal l’aise dans leurs propre corps. Knock utilise son identité en tant que médecins pour paraître savant et sage, comme si tout ce qu’il dit doit forcément être juste de part son expérience en tant que praticien. Cette fausse supériorité inflige une dépendance à la médecine, les patients se soumettent entièrement au diagnostic médical de Knock et prennent des tendances hypocondriaque suite à ses conseilles malhonnêtes. Julien Romain démontre alors comment un sujet pourrait avoir tendance à devenir hypocondriaque en conséquences d’un médecin abuseur. Cette pièce mondialement connue, à l’instar du Malade imaginaire, fait preuve d’une critique comique, et philosophique sur le sujet des pratiquants de la médecine, du marché de la peur et des aspects de “commerce” chez les médecins ainsi que les mesurent qu’ils peuvent prendre afin d’augmenter leurs gains. Cette pièce, tournée film peut d’une part, apporter une compréhension dans la venue de l’hypocondrie et de la conséquences de l’environnement sur les troubles anxieux, les névroses et les paranoïas notamment avec la venu des praticiens mercantiles et leur pratique souvent “perfide” de la médecine qui abuse de leurs pouvoirs pour distiller des calomnies sur des maladies imaginaires. Bien qu’elle dénonce d’une part ces crimes, elle se moque tant bien de la faiblesse, la naïveté et la détresse des personnes qui peuvent en faisant trop confiance à leur médecin, tomber dans un univers de stress omniprésent que l’hypocondrie peut provoquer. On peut dire que Jules Romain avec une grande finesse permet de montrer à quel point il est aisé de jouer avec la sensibilité d’un hypocondriaque